Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Alternative Libertaire Moselle

Front National : Un troupeau, une chimère, une bergère...

Front National : Un troupeau, une chimère, une bergère...

Si l’on peut reconnaître au moins une choses aux élections, c’est qu’elles font apparaitre le Front National au grand jour pour la plupart des gens, bien aidé c’est vrai par des médias complaisants, - qui ont largement contribué à faire de Marine Le Pen une star - et qui relaient son discours sans aucune distance. Cependant les "consultations" électorales n'ont, bien entendu, jamais permis d'éradiquer le danger de l'extrême droite.

Le péril que représente l'extrême droite ?

Le programme du FN ne défend pas les classes populaires, ni même moyennes : si Marine Le Pen voulait vraiment augmenter le SMIC, elle pourrait d'ailleurs commencer par redistribuer sa fortune familiale ! En temps de crise, les gouvernants ont l’habitude d’utiliser l’extrême droite pour maintenir l’ordre et la stabilité nécessaires aux marchés. Cela implique une politique antisociale (destruction des droits des travailleurs/euses, destruction de la protection sociale...), inégalitaire, autoritaire, pour évacuer du débat la contestation du système capitaliste.

Les liens entre l'extrême droite et le risque néo-fasciste, et capitalisme, sont systématiques. Commencer par le commencement éviterait à certains idiots de qualifier le FN de « parti ouvrier ».

Quant à l’antifascisme tel qu’il est affiché par certains partis de gauche, il est purement électoral, car il ne remet nullement en cause ces liens.

Le fascisme n’est donc pas un accident ou un dysfonctionnement de ce système.

Il est clairement, selon la formule de l’anarchiste italien Luigi Fabri, une « contre révolution préventive ». Une sorte de redistribution des cartes par la bourgeoisie soucieuse de conserver ses privilèges lorsque plus rien d’autre ne fonctionne.

Violence brune

Il y a bientôt un an, déjà, que notre compagnon Clément Méric est mort. Issue tragique après des mois de propos et de violences homophobes et racistes. L’occasion de rappeler à certains que l’extrême droite n’est pas seulement antisociale et garante du maintien de l’ordre capitaliste : c’est aussi le racisme, le patriarcat, l’homophobie, le fascisme, l’exclusion, la haine… et même la mort !

Il est facile pour ne pas assumer les responsabilités d’une crise de désigner aux classes populaires qui la subissent durement, des bouc-émissaires (notamment les étrangers ou communautés désignées comme tels), responsables de tout !

La ville d’Hayange, devenue FN, est un cas d’école : Une saignée de plusieurs années, une misère sociale qui engraisse le racisme et flatte les bas instincts. Les récents propos pro-coloniaux et anti-Islam de Fabien Engelmann sont révélateurs. A Hénin-Beaumont, c'est le local de la Ligue des Droits de l'Homme qui est aussitôt fermé etc...

Que des précaires, des smicards, des chômeurs, se fassent avoir et votent pour le FN ne fera jamais du FN – rouage du Kapital – un « parti ouvrier » : Il est tout au contraire le pire ennemis des classes populaires !

Cela ne saurait donc prouver quoi que ce soit : historiquement déjà, des mouvements fascistes ont su convaincre et recruter des millions de chômeurs, de délinquants... en vue de combattre ceux et celles qui se battaient pour la liberté !

Comment lutter concrètement contre le fascisme, aujourd’hui ?

Le fascisme se nourri donc de la misère (sociale, matérielle, psychologique, intellectuelle...), et doit être combattu sur le terrain social, en plus du terrain idéologique.

Au quotidien, cela passe donc par combattre le système qui favorise sa progression, mais aussi à ne pas laisser les organisations d’extrême droite s’imposer dans nos quartiers, nos entreprises, nos universités... pour les voir vomir leur propagande nauséabonde.

Chaque fois que nous défendons nos valeurs faites de solidarités concrètes (luttes de soutien au sans papiers, aux roms, solidarité avec les grévistes qui luttent et qui se sentent souvent isolés, actes de désobéissance civile (remise du courant chez les familles qui en sont coupées, occupation de logements vides...)), d'égalité, de tolérance... nous faisons en même temps reculer celles de nos pires adversaires.

-----------------------------------------------------------------------------------------------

Pour aller plus loin...

Réunion publique/débat, par Alternative Libertaire Moselle

Face à l'extrême droite, quelles ripostes antifascistes ?

Mardi 10 juin, 20h00

Maison des Associations Raymond Queneau, 5 place de la Gare, THIONVILLE

Le tract d'AL Moselle mai/juin 2014 en PDF

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article