Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Alternative Libertaire Moselle

Stoppons le réchauffement climatique, changeons de système !

Stoppons le réchauffement climatique, changeons de système !

- Bulletin d'Alternative Libertaire Moselle N°7 - Juin 2015 -

On ne peut pas à la fois adhérer au capitalisme et vouloir sauver la planète. Le productivisme et la consommation de masse sont incompatibles avec l’écologie. Les ressources terrestres ne sont pas inépuisables. Pour pouvoir subvenir aux besoins de l’humanité, elles doivent être utilisées de façon raisonnable et rationnelle, ce que la logique capitaliste – source de déséquilibre – ne permet pas.

Un monde en péril

L’activité humaine est à l’origine d’un ensemble de phénomènes gravissimes, notamment le réchauffement climatique, qui pourrait se traduire par une augmentation de la température terrestre de 5,8°C en moyenne d’ici 2100. On en voit les premiers symptômes avec la multiplication des catastrophes naturelles comme la fonte de la banquise du pôle Nord, la hausse du niveau de la mer ou encore la désertification. Et au delà des modifications climatiques, d’autres périls écologiques nous guettent : déforestation ou pollution irréversible par les déchets nucléaires par exemple… L’exacerbation des rivalités impérialistes, notamment entre les États-Unis et la Chine font aussi partie des risques. Les ressources énergétiques utilisées aujourd’hui (pétrole, gaz, uranium...) sont limitées, ce qui va intensifier la lutte des grandes puissances pour leur contrôle.

Des révolutions sont nécessaires

Nous pourrions nous contenter de dire qu’une seule révolution est nécessaire : la révolution communiste. C’est, en soi, totalement exact. Mais le « communisme », fut-il libertaire, ne résout pas en lui-même la question du modèle de développement. Au-delà de la question de la propriété des moyens de production et de l’abolition du salariat, le communisme devra en effet se poser la question de l’empreinte écologique de l’humanité. C’est pourquoi la planète a besoin de révolutions dans nos modes de production, d’échange et de consommation. Il ne peut pas y avoir de réduction massive des gaz à effet de serre sans remise en cause de la division internationale du travail, de la relocalisation des productions et de l’indépendance économique des différentes régions du monde. Bien sûr, il ne s’agit pas de prôner une logique d’autarcie, mais celle d’une capacité de développement autonome. Et de réfléchir à une redéfinition générale du nécessaire et du superflu dans le système économique.

L’écologie radicale comme horizon

Une écologie radicale, proposant une autre organisation de la société, est plus que jamais nécessaire. De nombreux mouvements sociaux rejettent l’écologie gestionnaire de la crise et s’opposent fermement aux logiques mortifères du capitalisme, sur les gaz de schiste, les grands projets inutiles et imposés, les semences, ou en expérimentant des modes de vie alternatifs. En Moselle la raréfaction de l’emploi ne nous aide guère à sortir de la civilisation de la « bagnole » ce qu’il va pourtant falloir faire au plus tôt. Les idées manquent moins que la volonté politique.

Sur nos lieux de travail comme sur nos lieux de vies, prenons nos affaires en main !

-----------------------------------------------------------------

Nous invitons tout-e-s les intéressé-e-s à se rassembler à Bure (dans la meuse) cet été pour participer au camp anti-autoritaire et anti-capitaliste de rencontres et de résistances qui se tiendra contre le projet d'enfouissement des de déchets nucléaires sur ce site. Du 1er au 10 août 2015 !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article